• Parce que tu me fais du bien avec tes messages...

    ...et que mon esprit s'évade un peu...


    6 commentaires
  • Quand, dans les volutes bleutées des brumes de l'incompréhension,
    Naissent et sont révélées quelques dérangeantes questions,
    Lorsque le cœur se serre à vous en étouffer,
    Lorsque les larmes montent et veulent déborder,
    Quand le sourire se fige et s'étire de tristesse
    Au moment même où on a besoin de tendresse,
    Quand un Amour vacille et tangue sous la douleur,
    Le jour alors étire sa langueur.
    Au fond de votre gorge s'installe un nœud marin
    Emprisonnant les mots qui ne disent plus rien,
    La nuit tombe en douceur et pourtant si brutale,
    Une mélancolie insidieuse s'installe,
    Soleil, où donc pars-tu mourir,
    J'ai tant besoin de toi qui seul peut me guérir,
    Mes bras gourds se referment sur la solitude,
    J'ai mal et pas envie, d'en faire une habitude...


    10 commentaires
  • Absence en vue pour quelques temps...

    Besoin de soigner mon coeur qui crie un peu trop aigu depuis ce matin...

    La poitrine qui se serre...

    Les questions qui se bousculent...

    Et les larmes qui montent...

    Pas glop...


    3 commentaires

  • 4 commentaires
  • Il y a des jours comme ça où, en te levant le matin, tu subodores déjà ce qui va se passer dans la journée.
    Et puis, Paf, ça ne manque pas...
    Une visite impromptue, une de celles dont tu te passerais bien.
    Qui arrive sans crier gare, et pourtant c'est siniste... ça manque de cachet !

    Il est des amis qui sont ainsi.
    A l'opposé de tes amis calmants.
    Jamais tu ne les sollicites, jamais tu ne leur donnes de nouvelles...
    Mais eux savent toujours où te trouver et s'invitent immanquablement au pire moment.
    Insidieux, ils sentent que tu te trouves démuni pour les combattre.
    Ils rigolent par avance sachant que tu vas passer la journée à penser à eux et à les maudire.
    Ou plutôt à te maudire toi-même de n'avoir pas eu la prévoyance d'anticiper leur arrivée.

    Ils t'interpellent sur la résonance des tambours africains,
    sur la puissance des voix des chœurs de l'armée rouge,
    sur la régularité d'un moteur de Harley Davidson ou encore
    sur la puissance insoupçonnée de la lueur pâlotte d'une bougie dansante dans l'obscurité bienfaitrice.

    Ils passent leur temps à te mettre martel en tête.

    Mon ami du jour c'est l'ami Graine.

    Pas glop !


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique