• Île était une fois...




    Derrière les persiennes qui nous faisaient ombrage
    Tandis que les lames, elles, cadençaient le ressac
    Nous enlacions nos corps en ultime partage
    Dessinant de caresses d'érotiques entrelacs.

    Nos peaux en couleur d'ambre et parfumées de sel
    Se frottaient l'une à l'autre en douceur d'alizés
    Nos bouches dévorantes de baisers sensuels
    Abritaient le ballet de nos langues mêlées.

    En habile corsaire voguant vers vos trésors
    Je découvrais la grotte de vos voluptés
    J'y entrais en vainqueur tel un conquistador
    Mais je savais déjà que vous m'y espériez.

    Nous fîmes à deux renaître la houle de l'océan
    Ondoyant d'harmonie au rythme des marées,
    Vos ongles dans mon dos m'annoncèrent l'instant
    Où, dans la baie d'amour, le plaisir déferlait.

    Vos soupirs de bonheur résonnaient murmurant,
    Nos corps, avec délice, chaviraient de bien être,
    Bienheureuse tempête communiant les amants,
    Dans cette chambre à l'autre bout de la planète...



  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Août 2006 à 16:03
    Mais quelle tempête
    se déchaîne sur cet océan?!... Ce sont nos corps tout entiers qui chavirent de bien-être à la lecture de ce texte... On se laisse prendre à la rêverie en compagnie de vos mains sur nos corps, de vos lèvres et... Monsieur le conquistador, si de nouvelles conquêtes vous tentent, nous sommes toutes à vous... langoureuses et impatientes...
    2
    Mardi 22 Août 2006 à 16:13
    Heu...
    ...mais c'est que j'en rougis là...Et serait-ce bien raisonnable ? Le pauvre homme que je suis serait-il assez fort pour supporter vos délicieux assauts ??? Loin de moi la vanité d'être l'amant idéal...Bises à toi, vous, elles ???
    3
    Mardi 22 Août 2006 à 16:40
    Peu importe la raison...
    seul le plaisir compte... et nos "délicieux assauts" sauraient vous faire chavirer dans un océan de plaisirs tendres et charnels... L'idéal n'existe pas, les hommes et les femmes, si... et leur rencontre est un pur bonheur... notre chambre n'est pas à l'autre bout de la planète, elle est là, tout près et elle vous reste grande ouverte ;) Revecez tous nos bisous rosés.
    4
    Mardi 22 Août 2006 à 18:07
    wouaaaaaaa
    non de dieu, qu'elle chance elle la cette charmante demoiselle. . .des lignes couchées sur sa ligne, ondulant sur le papier, comme sur son corps doré, des mots en amuse bouche, avant qu'elle ne te touche :)
    5
    Mardi 22 Août 2006 à 18:08
    secrétaire de flo
    n'étant pas seule dans le bureau, elle a du prendre l'air car elle avait trop chaud.....ps : elle dévore tes mots.
    6
    Mardi 22 Août 2006 à 18:09
    A défaut
    de te dévorer, bon ça devient trop chaud, moi aussi je vais prendre l'air.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :