• La Dame Oiselle

    D'abord, je vous ai trouvé chouette
    Vous m'avez fait un petit signe,
    Un simple coucou de la tête
    Une œillade qui me désigne.

    Nous avons ensuite pris un verre
    « Il ne faut pas que tu t'effraie. »
    M'avez vous glissé au dessert
    « N'ai pas peur de ton père, ok ? »

    Nous sommes allés dans votre nid
    D'amour, endroit serein,
    Puis sans me laisser faire ma cour
    Vous m'attiriez sur votre sein

    Les ronds de jambe, très peu pour vous
    J'ai trouvé ça troublant, je vous l'avoue
    Je me sentais pousser des ailes,
    Baisers passion, pinsons cruels

    C'est pas en étant dans le noir
    Que j'ai trouvé votre corps beau,
    C'est en y posant le regard
    De mes doigts fous sur votre peau

    Vous vous fîtes diablesse
    Et d'un seul coup mes anges,
    Gardiens de mes faiblesses
    Trouvèrent cela étrange

    Vous me preniez pour un pigeon
    Dans ces moments où il faut qu'on
    Oublie d'avoir les pieds sur terre,
    Ces instants où le cœur se serre

    Nous nous sommes volés dans les plumes,
    Les prises de bec que nous eûmes
    Débouchèrent sur une envolée
    De sentiments trop hauts perchés.

    J'étais tombé sur une grue
    Flânant de rues en rues
    Qui recherchait chemin faisant
    Un jeune poussin innocent

    Je sens ma colère couver.

    A part ça ? Rien de n'oeuf...


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Mars 2006 à 09:48
    superbe
    très beau poème.....bises
    2
    Vendredi 10 Mars 2006 à 14:11
    Superbe
    Osédé textuel, cela me ressemble et "C'est pas en étant dans le noir Que j'ai trouvé votre corps beau, C'est en y posant le regard De mes doigts fous sur votre peau" j'aime!!!! a+ bis
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :