• La nostalgie, camarades...

    Une nouvelle prise d'otage s'annonce.

     

    Le RAID et le GIGN (unités d'élite n'ayant pas le droit de grève) sont déjà sur le pied de guerre pour libérer les milliers d'usagers qui, pourtant, ont librement et volontairement payé la dîme mensuelle leur donnant le droit d'utiliser différents moyens de locomotion. Cette rançon ne leur sera pas remboursée en dédommagement du préjudice subi et elle sera même augmentée de divers nouveaux paiements inhérents à l'impossibilité de se déplacer.

    Les cheminots réclament une retraite à 45 ans..... mais qu'on leur donne et qu'ils arrêtent de nous pomper l'air !

     

    Tiens, il n'y a qu'à arrêter d'en embaucher des cheminots, comme ça ils seront à la retraite dès le début de leur carrière !

     

    Tu l'auras compris, ami lecteur, je ne supporte pas ce genre de prise d'otage. C'est pas que j'ai quelque chose contre les cheminots, note bien, mais c'est à leur action que j'en veux. Peut être un jour la SNCF fera-t-elle un recrutement à BAC + 8, ce qui permettrait à cette caste de pouvoir se défendre avec des mots et des arguments construits, plutôt que de priver les usagers du secteur privé (c'est le cas de dire) de déplacements qui leurs sont indispensables pour aller gagner leur croûte.

     

    Et puis un « trafic proche de zéro » est annoncé, ce n'est pas normal... SNCF (Sur Neuf, Cinq Fainéants)... Où sont les quatre qui sont censés travailler ? En repos ?

     

    A l'heure où, dans le secteur privé, les salariés voient augmenter leur temps de cotisation pour avoir le droit de prendre une retraite méritée à un taux de pension ridicule, est-il sain de nous expliquer qu'un agent SNCF qui travaille 35 heures par semaine est fatigué en atteignant l'âge de 50 ans ? Franchement, je connais des retraités du rail et je te garantis qu'ils pétent la forme ! ! !

     

    Certes, un conducteur de train a des horaires pénibles. Moins pénibles cependant que ceux de mon boulanger ou de certains fonctionnaires qui ne font pas loin de 70 heures par semaine (si, si, ça existe, j'en fais partie). Mais lorsque la cinquantaine arrive, ne peut-on pas les mettre derrière un guichet à vendre des billets ? Ou dans un poste d'aiguillage pour appuyer sur des boutons ? Ou dans un quelconque emploi de bureau ?

     

    A Paris, l'actuelle « Place de l'Hôtel de Ville » portait précédemment le nom de « Place de Grève ». L'origine de ce nom vient du fait que cette place se terminait, côté Seine, par une sorte de plage en pente douce, une grève, où il était facile de décharger les marchandises arrivant sur la capitale par voie fluviale. D'ailleurs, le « Port de la Grève » fut pendant longtemps le port le plus important de Paris. De nombreux chômeurs venaient là pour y « faire la grève », c'est à dire aller chercher du travail auprès des bateliers et offrir leur main d'œuvre pour le déchargement.

    « Faire la grève » signifiait donc « aller travailler » ( ! ! ! ! ).

     

    A croire que l'invention du chemin de fer n'a pas révolutionné uniquement le paysage, les distances et les loisirs des bovidés...

     

    Finalement, les seuls transports en commun que j'adore sont les transports amoureux...


  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Octobre 2007 à 10:00
    te revoilou
    chuis contente de te lire à nouveau, bizous pour toi Spleen
    2
    Mercredi 17 Octobre 2007 à 23:58
    grève
    Ta dernière phrase vient de me rendre le sourire que la pauvre fonctionnaire que je suis avait perdu... Merci. Belle nuit. Ligeia
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :