• Mots ?....

     

    Dis, lecteur, t’aurais pas vu mon dico ?

     

    Pas l’encyclopédie, non, ni même le petit Robert ou le Larousse, trop pompeux ceux là.

    Non, mon dico des mots qui n’existent pas.

     

    Tous ces vocables que j’aimerai tellement lui dire,… à « Elle ».

    Parce qu’il n’y a qu’ « Elle » pour comprendre ce non langage.

    Pour saisir les nuances de ces phrases invisibles et découvrir le sens caché des mots non dits.

     

    Tu sais… des verbes comme « dépétaliser » qui explique le comptage de fleurette : je t’aime, un peu, beaucoup…

    Ou bien encore la "troublitude" pour dire combien son attitude me trouble...

    Des expressions pour lui dire à quel point son absence est présente.

    Et qu’elle est elle-même un présent.

    Un de ces cadeaux que la vie nous fait toujours en décalage.

    Distorsion temporelle ou géographique, qui mêle les regrets aux bonnes heures et les bonheurs à la nostalgie d’un univers parallèle dans lequel serait abolis tout ce qui nous empêche.

    Voilà encore un goût de frustration : ce corps façonné à l’atelier de mes rêves et qui a la douceur d’une peau d’empêche…

    Ce corps qui manque à ma bouche, telle une nourriture spirituelle qui ne nourrit pas son homme.

    Cette envie de tout partager en sa compagnie, du plus extraordinaire aux saveurs de miel jusqu’au plus ordinaire, au plus simple, au bouquet salé des larmes.

     

    J’ai froid de sa chaleur absente,

    J’ai soif de la couleur de ses lèvres,

    J’ai faim des courbes de son corps,

    Je rêve de sa réalité…

     

    (oui, je sais, tu m'as connu plus inspiré mais justement... j'ai du mal à trouver mes mots)


  • Commentaires

    1
    Labrune (Non illustr
    Jeudi 11 Septembre 2014 à 11:58
    ...
    Pour avoir vu le dico de tes mots très personnels il aurait fallu pouvoir entrer dans ton cerveau. Et là c'est très compliqué ! ;-) Assidue dans ma lecture de ton blog depuis des années, comme de nombreux autres lecteurs, je lis certes tes beaux-mots mais aussi tes mots-maux et là je me dis que, peut-être... ce qui ravit l'un plonge l'autre dans l'émotion mitigée, le trouble, voire la détresse. Un remède pire que le mal (?). Peut-être que les témoignages, aussi petits soient-ils, d'une réalité bien réelle, fait prendre encore plus conscience du manque et de la privation. Peut-être que... Sourire. Très jolis mots en tout cas. "Dépétaliser" est à tomber ! ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :