• Pour Emma, rose trop vite fanée...

    Là dans ta veine, tu le sais,
    Il y a le sommeil qui va descendre
    Et puis sous le soleil qui naît
    Nous ne pourrons plus nous comprendre,
    Je ne peux plus rien te donner
    Et tu ne peux plus rien me prendre,
    Monsieur Dealer je te connais
    J'ai bien envie de te descendre

    Petite sœur, poignets fragiles,
    Petite voix cassée, absente,
    Deux grands yeux fixés sur l'exil
    Petite fleur légère, cassante

    Dans cette chambre un peu baroque,
    Un peu sordide et un peu sale,
    Entre les Indes et le Maroc,
    Dans ce clair-obscur de vestale
    Tu restes là me regardant,
    Les mains tremblantes sous la toile,
    J'ai vu la Mort à dix-sept ans
    Sous cette lumière verticale

    Il y avait un goût amer
    Dans cette pièce froide et close,
    Pas de jetée et pas de mer,
    Pas d'aurore tirant vers le rose

    Le dealer finira tranquille,
    Loin des hôpitaux, ces cliniques,
    Protégé par les imbéciles,
    Par le système et par les flics
    Dans un décor très décadent,
    Avec ton fric, avec ta peine,
    Avec ta mort, avec ton sang,
    Ta solitude, avec tes veines

    Petite sœur, poignets fragiles
    Petite voix cassée, absente
    Deux grands yeux fixés sur l'exil
    Ce matin là... dans l'ambulance

    Berceuse pour une shootée, Bernard Lavilliers


  • Commentaires

    1
    Mardi 31 Janvier 2006 à 18:06
    ...
    Une jolie pensée pour Emma. Touchant. Ce thème est aussi abordé par Gainsbourg dans sa chanson : "Aux enfants de la chance". Elle est moins poétique que celle publiée là mais elle est tellement... "Aux enfants de la chance qui n'ont jamais connu les transes des shoots et du shit, je dirai en substance ceci : Touchez pas à la poussière d'ange Angel dust en shoot ou en shit zéro héro à l'infini, N'approchez pas le magic mushroom, n'essayez surtout pas le free base car c'est lui qui vous baise, c'est celui qui vous baise, à l'aise." J’ai un texte que je publierai un de ces jours… pas mal écrit [j’ai le nom de l’auteur sur le bout de la langue !]. Bisous ici, là et là ;-)
    2
    Mercredi 1er Février 2006 à 09:50
    tu es
    toujours aussi ... joli sans etre sordide tu dis les choses...bravo:) gros bisous à toi
    3
    Jeudi 2 Février 2006 à 11:12
    dort douce rage
    douce peur, je ne veux plus de mes malheurs, je veux toucher de la hauteur et quitter cette profondeur, ton sang à perdu de sa couleur, ton esprit à quitte cette douleur et ton âme à quitter le sol, et moi je suis restée en bé mol (que de souvenirs ton texte)
    4
    sas
    Jeudi 2 Février 2006 à 17:35
    Il est très ...
    ...beau ce texte. Association d'idées, cela m'a remis en mémoire le texte de Renaud: ''Petite conne''... Que de gâchis tout de même, quelle tristesse....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :