• Symphonie pour un fauteuil grenat

    Le fauteuil grenat semblait posé au milieu de nulle part, comme flottant entre sol et nuages. Une lueur de projecteur timide, diffusée par les bougies qui l'encadraient, occultait le reste du décor de la pièce. Mais y avait-il un autre décor ? Et dans quelle pièce me trouvais-je ? Il ne m'en souvient plus... Ce meuble écarlate, lui, est demeuré en ma mémoire, car il accueillait bienheureux, les formes arrondies d'une partie de votre corps parfait.

    Je me tenais dans une obscurité que vous aviez voulue. Vous ne pouviez me voir et pourtant saviez sans erreur l'endroit précis où je m'étais installé. Vos bras reposant sur les accoudoirs, les jambes sagement croisées, vous preniez un malin plaisir à me laisser dans l'incertitude de votre gestuelle. Vos pieds faisaient danser langoureusement les escarpins aux talons vertigineux dont vous les aviez parés. Mon regard ne pouvait cependant s'empêcher de les quitter pour flâner le long de vos jambes rehaussées de soie noire. Le bout de mes doigts semblait déjà connaître la douceur des caresses qu'en promenade ils auraient pu y faire, jusqu'à cette jupe fendue laissant entrevoir le galbe de vos cuisses... Le bout de votre langue parcourait lentement vos lèvres incarnat, comme un rayon de soleil taquine le coquelicot au milieu des blés. Un diamant brillant de mille éclats, comme une offrande posée sur votre gorge, mettait en valeur la naissance de vos seins, dont je pouvais deviner la courbure par l'échancrure de ce chemisier diaphane aux boutons négligemment ouverts. Au rythme de votre respiration, votre poitrine tendait par intermittence le tissu et il m'était permis de deviner vos impudiques auréoles brunes, durcissant de désir et saillant sous l'étoffe ...

    Votre regard d'un bleu improbable, bien que ne pouvant me voir, semblait me transpercer. Votre main gauche vint dessiner votre oreille avec la lenteur qui sied au tracé d'un arrondi parfait. Puis elle caressa votre joue, venant se poser sur votre bouche entrouverte pour en parcourir de l'index le rouge tracé. Une phalange s'insinuant dans l'ouverture, vous vîntes lécher ce doigt, l'aspirant comme une gourmandise. Ce lent va et vient sembla faire naître en vous d'autres envies et c'est votre main droite qui rejoignit votre gorge pour s'introduire en frôlement entre les deux pans du boutonnage. Suivant la somptueuse vallée du sillon médian de votre buste, vous finissiez par titiller en agaceries cette partie sensible que je voyais poindre et croître à l'instar de votre désir. Un doux mouvement de vos cuisses fit chanter les bas qui gainaient vos jambes. Vous provoquiez ainsi la multiplication des délicieux picotements qui commençaient à envahir votre sexe pieusement dissimulé sous votre jupe. Votre main droite, comme ne semblant plus y tenir, quitta son merveilleux office, aussitôt remplacée par sa jumelle. Elle entama une descente vers les enfers lubriques et chaleureux qui brûlaient au siège du fauteuil. Lentement, très lentement, au point d'une torture, elle fit remonter le tissu de la jupe tandis que vos cuisses s'ouvraient comme un bouton de fleur laissant entrevoir ses pistils à l'amant butineur. Je pouvais enfin apercevoir votre sexe... Cicatrice d'amour offerte, lisse et doux, dont la corolle, sous l'impulsion de votre tentation s'ouvrait, humide de votre appétence. Comme une phalène aveuglée par la lumière, vos doigts alors papillonnaient autour du point de votre convoitise, décharges électriques transperçant votre peau. Puis, enfin, après de longues minutes, ces doigts apaisant se posèrent aux portes de votre paradis. Je vous observais impudique, dépoitraillée de caresses, jambes écartées, la main comme animée d'une vie propre dans le seul dessein de satisfaire votre appétit de plaisir. J'étais positivement fasciné par cette danse frénétique qui agitait votre bouton d'amour. Tantôt rythmée d'une folle sarabande, tantôt langoureuse et érotique comme un tango. Votre regard jadis si perçant, si troublant, se voilait peu à peu semblant vous conduire vers d'autres horizons où nul autres ne peut avoir de place. Votre souffle s'emballait, et vos lèvres si mutines il y a peu laissaient échapper les soupirs montant de votre gorge. C'est bientôt votre corps tout entier qui ondula sous les magiques caresses que vous vous prodiguiez. La pression ne semblant plus être suffisante pour vous satisfaire, je vis soudain vos doigts se perdre, s'introduire dans votre cachette humide et enflammée. Allant, venant, s'insinuant, s'échappant, se posant, se divisant, connaissant bien mieux que quiconque les lieux qui vous pâment. Il me semblait possible de palper cla tension érotique qui vous environnait et dans laquelle vous vous abîmiez. Puis soudain, dans une folle étreinte, vos cuisses emprisonnèrent cette main délicieuse tandis que les yeux refermés un frisson de plaisir parcourait tout votre être et un cri de bonheur échappait à votre maîtrise...

    Assis dans la pénombre en spectateur unique de vos ébats onanismes, je brûlais de désir, le sexe tendu vers cette chair si blanche sur laquelle les lueurs des chandelles venaient de dessiner un savoureux orgasme. Le corps alangui, semblant rassasié de jouissance, vos paupières laissaient de nouveau filtrer les néons bleus éblouissant de votre regard, tandis que je percevais votre offrande: " Pour toi, cadeau ! "

    Je n'ai depuis plus jamais regardé de la même manière les fauteuils grenat...


  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Janvier 2006 à 15:36
    Pfouh
    Superbement écrit, sublimement décrit et merveilleusement conté. On s'y croirait... Bravo :-)
    2
    Mardi 10 Janvier 2006 à 17:57
    Ta plume?
    Sublime ton ecriture , je ne vais plus voir le fauteuil de la meme façon moi . amitiés
    3
    Mardi 10 Janvier 2006 à 17:59
    Il est parfois des rêves
    proches de la réalité. A moins que la réalité ne soit qu'un rêve...
    4
    Mardi 10 Janvier 2006 à 18:02
    merveilleux
    cher Spleen...Allez lire mes fantasmes de jeunesse si ce n'est déjà fait...Vous verrez que très jeune, j'appréciais déjà les fauteuils...mais en bois tout simplement...
    5
    Mardi 10 Janvier 2006 à 18:07
    Volcane
    je suis passé vous lire hier sans y laisser ma trace. Je me sens parfois tout petit sur certains blog, face à la qualité et à la pertinence des mots et des commentaires. Quant aux idées que je croise au hasard des pages lues... j'avoue n'avoir pas toujours le loisir d'y consacrer réflexion. je reconnais que "votre" fauteuil à fait surgir le mien dans mon esprit... à moins que celà ne fût dans ma mémoire... Bises à vous
    6
    Jeudi 4 Mai 2006 à 09:04
    grenat
    pourquoi l'héroine est-elle absente de la photo? On l'attendait !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :